Paris-Normandie Novembre 2013
    
   Un peintre en Résidence

  Roger BAILLEUL est originaire de Rouen. Il dessine depuis l'enfance.  Après des études de    décorateur, il découvre la peinture en 1992 grace à  l'association des peintres de l'Andelle. Il  peint les rues de Rouen, la  campagne Normande et Honfleur.
 " C'est ma ville de coeur, ces rues sont le terrain de jeux de mon enfance" a avoué l'artiste,  samedi dernier lors du vernissage de son exposition à la Maison de Retraite des Hautes Bruyères  jusqu'au Dimanche 22 Décembre. " C'est la premiere fois que j'expose dans un tel lieu. C'est un  véritable plaisir de pouvoir échanger avec les Résidents" avoue l'artiste. L'inauguration a eu lieu  en présence du Maire Laurent GRELAUD, impressionné par " la qualité artistique, les détails et la netteté" ainsi que de Philippe LEROY, conseiller général, qui a déclaré: " vous êtes un mathématicien, un géomètre pour faire des façades aussi réalistes; C'est presque de la photographie!" Julie BIA, Directrice de l'établissement, a présenté l'exposition comme une démarche pour rendre l'Art accessible à tous.


Maison de Retraite "Les hautes Bruyéres" Bonsecours (Seine-Maritime) ouvert de 14h à 18h tous les jours. Entrée libre.



 
 Paris-Normandie Novembre 2012

 Les Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen

 35 Artistes sont venus exposer au salon de peinture.


 Les artistes exposent.
 Le traditionnel salon de peinture du week-end du samedi 24 et dimanche  25 novembre, a fait le plein d'oeuvres. Quelques trente cinq peintres ont  accrochés leurs toiles, au coté de quatre photographes, et quatre  sculpteurs. En peintures, les artistes se sont inspirés de Rouen:
 La côte Sainte-Catherine, avec sa vue imprenable sur sa ville, une huile  sur le port Saint-Ouen, le pont de l'Arche de Raymond Abderame
 Igoville, la rue Saint-Romain, la rue de l'Hopital, l'inévitable péniche à Pose, huiles de Roger Bailleul, la boutique aux souvenirs, le clos Saint-Marc de Muriel Monfort. Et la mer est restée une source primordiale d'inspiration, surtout en fin de journée pour les huiles de Pierre Petit de Saint-Pierre les Elbeuf, Yport, Cailleux et Dauville. Bien d'autres peintres, bien d'autres thêmes, ont été exposées, mais aussi les photographies de Daniel le Caplan, et sculptures de Grez Daniel et Laurent Marie-Claude.


 

     Paris-Normandie  août 2012
 

L’art du détail

 ANIMATIONS. Le peintre Roger Bailleul présente son travail, pour la  dernière de    RouenVersants
.

 

 Cet été, l’office de tourisme de la ville accueille chaque week-end une      manifestation    artistique baptisée « RouenVersants ».
 Cette opération est destinée à valoriser la création locale et le patrimoine rouennais. Après le  théâtre, le graff’ et la photographie, le peintre Roger Bailleul    est ce week-end à l’honneur.
 Travaillant tantôt à l’huile ou à l’encore de chine, cet amoureux de Rouen pour qui « chaque  rue a une histoire », sélectionne des vues pittoresques de la ville. Cet   artiste qui a passé son  enfance à Rouen peint avec tendresse et dans une minutie quasi-photographique les maisons à pans de bois de la rue Malpalu, la rue des Faux ou la rue du Gros Horloge : des artères typiques de la cité aux cent clochers.
Tantôt d’encre de Chine, tantôt d’huile.
D’ailleurs, l’homme parcourt encore régulièrement ces rues, muni de son appareil photographique, afin de traduire ensuite sur la toile les architectures de la ville et les ambiances colorées. « Je cherche à rendre compte de la réalité, pour cela il me faut parfois 80 heures de travail pour une seule toile », confie t-il. Un travail de titan dans lequel il semble cependant se plonger avec délice.
Certes le peintre a toujours privilégié la veine réaliste mais c’est seulement en 1992 qu’il adopte l’huile : « je pratiquais l’encre de Chine et en particulier le travail de l’estampe avant d’avoir la révélation de la couleur en découvrant le travail du peintre rouennais Bernard Maine ».
Encre et huile restent cependant aujourd’hui, deux types de moyens d’expressions complémentaires dans le travail du peintre. Car si Roger Bailleul aime passionnément les détails, l’encre lui permet d’aller à l’essentiel.
Office de tourisme Rouen vallée de Seine, place de la Cathédrale (face à la cathédrale).
Demain, samedi 18 août et dimanche 19 août 2012
Présence du peintre de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

Entrée libre

 
 Paris-Normandie  août 2012

 L’actu ça bouge en ville

 Rouen à grands traits

 
 Roger Bailleul, « peintre autodidacte, expose ses œuvres encore aujourd’hui,  dans la cour intérieure de l’Office de Tourisme de Rouen. L’artiste peintre a  commencé par des dessins à l’encre de Chine, avant de passer à la peinture à  l’huile après y avoir été initié, en 1992, par un autre artiste, Bernard Maine. Avec  la précision de son métier d’agent hospitalier, il aime dresser le portrait de ces  rues qui l’ont vu grandir. « J’y passais plus de temps que sur les bancs de l’école  », ajoute-t-il pour expliquer l’attrait qu’exercent sur lui les maisons à  colombages du centre de la capitale normande. Des paysage de l’Eure et de la  campagne seinomarine, le port de Honfleur et quelques vues de Bretagne  viennent compléter le panorama offert par le natif de Mesnil-Esnard, qui manie le  pinceau chez lui, à partir de photographies.
RouenVersants. O9ffice de Tourisme de Rouen Vallée de Seine, 25 place de la Cathédrale. De 10 h à midi et de 14 h à 18 h. Rens. 02.32.08.32.40

 
Liberté-Dimanche août 2012

Une peinture fraîche

 
Si certains préfèrent l’ombre du jardin des plantes ou l’air de la Seine, beaucoup de touristes et de Rouennais ont opté pour les pierres fraîches de l’Office de Tourisme, sur la place de la Cathédrale. Dans la cour de l’édifice, le peintre Roger Bailleul y a accroché une vingtaine de ses toiles. Cette exposition marque la fin des week-ends « RouenVersants » organisé par l’office de tourisme de Rouen Vallée de Seine, tout au long de l’été. Il succède ainsi à la compagnie « les pas perdus » et Nicolas Ragu pour le théâtre, le blog de Rouen pour la photographie, et Ecloz pour les graffitis.
« On a eu du monde tout le week-end, surtout samedi matin et dimanche après-midi », explique l’artiste. La chaleur de ces derniers jours expliquant le peu de monde le samedi après-midi. Comme ici (voir photo), ce sont des groupes de touristes qui ont apprécié l’art de Roger Bailleul. Même si l’artiste est présent, les échanges se compliquent surtout avec les Japonais. Pour autant, le peintre est ravi « c’est que du bon d’exposer dans sa ville… »
Plus de renseignements sur le peintre :
http://www.roger-bailleul.odexpo.com A noter, Roger Bailleul exposera à l’occasion du 31ème salon de peinture de Boos les 1er et 2 décembre prochains




 
Paris-Normandie  octobre 2011

La vie en image
Orival
Le salon accueille Roger Bailleul

 
« Tu devrais aussi t’ essayer à la couleur », dit un jour un ami à Roger Bailleul. Cet ami était le peintre Bernard Maine. Grand bien lui prit de prodiguer un tel conseil à celui qui fut sociétaire des « Peintres de l’Andelle » pendant plusieurs années. Aujourd’hui les toiles de Roger Bailleul respirent la couleur et la précision du trait y est toujours présente, la justesse de la composition structure des œuvres riches et harmonieuses. Le public orivalais a pu découvrir les toiles de l’artiste le week-end dernier, à l’occasion du salon d’automne dont il était l’invité d’honneur.
 





 
Journal d’Elbeuf - octobre 2011

Orival
Les peintures de Roger Bailleul à la mairie
Rouen sur toiles dans toute sa splendeur


Quel  dommage que l’artiste ne soit pas de ma commune eut-on se dire en découvrant le travail de Roger Bailleul. Seulement voilà, c’est la ville de Rouen qui inspire cet artiste installé à Mesnil-Esnard. « J’ai grandi avec bon heur rue Damiette. J’adore cette ville. Mes tableaux sont comme une reconnaissance, un témoignage. » Cela transparaît dans ses œuvres figuratives à la limite de l’hyper-réalisme. « Rarement les vieilles rues rouennaises ont bénéficié d’une telle attention, grâce aux  cadrages rigoureux et étudiés pour faire surgir sur la toile le détail minutieux et l’attrait de ces maisons à pans de bois qui exaltent de belles couleurs », commente Jean-Pierre Picard, l’adjoint au maire chargé de la culture qui a fait longtemps le forcing auprès de l’artiste pour qu’il accepte l’invitation. « Je viens avec plaisir mais encore fallait-il avoir suffisamment de toiles pour une exposition. » Une invitation qui lui fait d’autant plus plaisir que les salons et les galeries oublient trop souvent cet artiste qui n’a qu’un défaut, celui de se faire trop discret.
Titulaire d’un CAP décoration, Roger Bailleul a d’abord beaucoup dessiné à l’encre de Chine. En 1994, un ami artiste lui a conseillé de mettre de la couleur dans ses dessins, « ce fut comme une révélation. »